Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/02/2017

A TOUS LES FAUX MAÇONS des Suprêmes Conseils et d'ailleurs

Je suis tombé par hasard sur ce texte oh combien fondé. Son auteur me pardonnera de ne pas y faire référence n'ayant pas trouvé de coordonnées claires. Je ne manquerais pas de les ajouter s'il venait à me les communiquer.

A TOUS LES FAUX MAÇONS
Publié le 7 janvier 2013 par Frédéric II


A tous les faux-maçons hauts-gavés de médailles,
Où qu’ils soient rassemblés, unis vaille que vaille,
Sur la terre ou la mer, voire dans les fumées,
Parés de leurs atours, anneaux et tabliers,
Je souhaite un retour digne d’un T.G.V.
Dans leur pays natal, la fange, où ils sont nés.


Je sais, je vais décevoir nombre de mes Frères sincères, mais je me dois à l'automne ou l'hiver de ma vie (le GADLU ne m'a rien dit) de dire ce que je sais et dire qui je suis.
Moi Maçon, j'ai cru à l'innocence et la pureté possible des hommes.

Moi Maçon, j'ai pensé que certains pouvaient vivre et croire en une inaccessible et accessible étoile.
Moi Maçon, je crois (peut-être à tort, par illusion) avoir atteint cette Etoile.
Moi Maçon, j'ai vu la pauvreté spirituelle de ceux qui se prétendaient Hauts, ceints de leurs certitudes intellectuelles vaines et pitoyables, certifiées par des diplômes, grades ou degrés.
Moi Maçon, je n'ai plus peur de la mort.
Moi Maçon, je sais que je suis parfois très dur et que j'ose écrire que je n'aime pas tous ceux qui se prétendent maçons, car ils piétinnent avec une ferveur hautement hypocrite notre Fraternité.
Moi Maçon, je ne prétendrai jamais, comme certains l'écrivent, que l'Amour est un devoir, car l'Amour n'est qu'un don, celui de D-ieu.
- Moi Maçon, pour ceux qui se croient Maçons, je précise que je mets un tiret entre le D et le "i", car je ne peux écrire son nom, le graver ou le buriner.
Moi Maçon, je pardonne avec difficulté, certes, à tous les cons qui se déclarent maçons, que je ne peux leur dire que je les aime, car j'ose à peine les plaindre.
Moi Maçon, pour la dixième fois, je déclare que je sais que j'ai en moi les deux faces d'une seule et même image: celle de D-ieu et celle de Lucifer.
ndlr : Si vous savez qui est D-ieu, dites-moi qui est Lucifer. (Seuls les 34 èmes peuvent répondre.)


ndlr: ne me sortez pas pour réponse l'ange porteur de lumière et le jardin d'Eden. (Je dis ça pour mon ex-Frère trois fois couronné, assis sur son tapis Kilim Karakecili.

En forme de PS par Emmanuel : Je ne sais pas ce qu'est un tapis kilim karakecili mais je sais qui est Frédéric II  ectoplasme maçonnique auteur d'une célèbre constitution qui régit les degrés du REAA du 33ème au 4ème et sur laquelle les Suprêmes Conseils de REAA et autres assoient leur pseudo légitimité et leur autorité. En réalité leur imposture puisque cette fameuse constitution n'est qu'une copie d'un document ébauché par la première Grande Loge de France vers 1760 (voir travaux de l'historien Roger Dachez). 

Un grand merci à ce Frère inconnu.

Note Frédéric II de Prusse :

"Frédéric II a été franc-maçon, c’est prouvé et reconnu. Il a favorisé, pense-t-on, la création de plusieurs loges dont la Loge Zu den drei Weltkugeln (Aux Trois Glo­bes) de Berlin. Il n’a cependant jamais porté le  titre de « Chef » ou de Grand Maître de la Franc-Maçonnerie. Ce qui n’a pas empêché les adeptes du Rite écossais ancien et accepté de lui attribuer, depuis le début du XIXe siècle, la paternité des Grandes Constitutions de 1786 – qu’il aurait signées peu avant sa mort. Autre fait méritant d’être rapporté à son proposo: il est devenu le héros du 32e degré des Vaillants et Sublimes Princes du Royal Secret, qui assemblés sous son commandement, s’organisent symboliquement pour la reconquête des Lieux Saints…" - See more at Guy Chassagnard : http://www.gadlu.info/miscellanea-macionica-frederic-ii-d...
 
Note Constitutions de Frédéric II
 
"Les Grandes Constitutions, dites de 1786, absurdement attribuées à Frédéric de Prusse, texte de référence de l’autorité du REAA, est un faux grossier inspiré d’un texte émanant de la Grande Loge de France en 1763, outrageusement plagié" (Roger Dachez). http://pierresvivantes.hautetfort.com/archive/2016/10/15/...

 

03/10/2016

CROA, CROA... Un corbeau croassait!

Pan sur le bec du grand corbeau !!!

Croa,croa... Un grand corbeau sur son siège perché croassait.

Il croassait contre les manuels scolaires français qui, d'après lui, font la part belle à ce que certains imbéciles nomment « théorie du genre » .

Cette charge venait après d'autres contre la laïcité, les droit des femmes à disposer de leur corps, la contraception, l'IVG, la fin de vie...

Bref ce corbac ne fait rien d'autre que de s'occuper de ce qui ne le regarde pas au lieu de s'occuper de balayer les fèces de ses palais et curie, d'autres institutions peu recommandables de son obédience pas vraiment catholique.

Et comme c'est un petit esprit dans une grande carcasse il ne fait qu'écouter les sornettes de ses courtisans au lieu de s'informer par lui-même.

Deux femmes, responsables politiques de bords opposés et mères de familles, viennent cependant de le remettre vertement à sa place.

L'une Ministre de l'Education Nationale lui a conseillé de lire quelques livres scolaires français et de ne pas tant écouter les mauvaises sirènes qui hurlent autour de lui.

L'autre responsable politique lui a expliqué que mère de famille elle suit attentivement les études de ses enfants et qu'elle n'a jamais rien trouvé de ce qui sous-tend son discours de grand corbeau blanc.

Merci mesdames d'être ainsi d'accord pour reconnaître que le « gender » ou théorie du genre termes inventés par l'ultra droite catholique ça n'existe pas et ça n'est pas enseigné dans les écoles.

Il existe des « études de genre » qui tendent à la mise à jour des « stéréotypes de genre » soit les idées toutes faites qu'on se fabrique les uns des autres et contre lesquelles il faut lutter pour établir, notamment, une vraie égalité entre les sexes. Et cette lutte passe par l'éducation des enfants. Elle n'a rien à voir avec une éducation sexuelle déviante ni au « touche pipi ».

Alors croa, croa ferme ton bec sur ton fromage, garde-le bien car de moins en moins souhaitent en déguster une part et même des miettes tant il pue et génère de l'obscurité...

Moins tu croasseras mieux tu entendras les échos lointains des vols du Condor (proverbe argentin).

 

Sous le titre "François a mauvais genre" un excellent article sur GOLIAS :

http://golias-news.fr/article6472.html

24/05/2016

LAICITE ET ENFUMAGE PAPAL

Dans une récente interview donnée au journal catholique LA CROIX le pape François tresse des lauriers à la Laïcité. Ainsi dit-il «  Un état doit être laïc » et, ajoute-t-il, « les états confessionnels ne vont pas loin ». Bigre que voilà un message fort en forme de boulet adressé à tout ce qui, dans la catholicité, voudrait voir le retour de la royauté inféodée à l'état du Vatican, à tous ceux qui préconisent l'avènement du Royaume sous la houlette du Christ-Roi et, à tout le moins, de son vicaire le pape.

C'est également un message fort adressé à toutes les théocraties du monde, comme en Iran, à tous ceux qui rêvent de l'établissement d'un califat universel.

Las ! Dans les phrases qui suivent cette déclaration péremptoire le pape fustige la laïcité française considérée par lui comme « excessive » ajoutant même, quelques mots plus loin, comme pour justifier son propos, « une musulmane doit pouvoir porter le voile et un catholique sa croix ».

Outre le fait que ce discours est constitutif d'une ingérence dans les affaires françaises dont les lois sont votées par le Parlement (deux chambres) la référence papale au voile et à la croix témoigne d'une méconnaissance complète de ce qu'est réellement la laïcité française.

Comme le fait très justement remarquer le Grand Maître du Grand Orient de France il n'y a pas de laïcité dure ou molle ni positive ou négative. Il y a la Laïcité, point, qui, si elle interdit à l'état de se mêler des affaires religieuses ou de traiter différemment les citoyens en fonction de leurs opinions religieuses, impose aussi au religieux de ne pas se mêler des affaires de l'état (sauf en qualité de citoyen comme tout un chacun) et, à tout le moins, de faire preuve de réserve dans sa parole publique.

Qu'on ne s'y trompe pas derrière le discours lénifiant en forme d'éloge de la laïcité il y a de la part du pape une charge d'une grande violence contre les institutions de la République française qui aurait, à tout le moins, justifié une convocation du nonce apostolique (ambassadeur du Vatican en France) au ministère des Affaires Etrangères.

Le pape est là le digne successeur d'un Léon XIII qui, faisant mine d'appeler à participer au débat citoyen, n'en menait pas moins une guerre totale au modernisme (et à la Franc-Maçonnerie). Ou celui d'un Pie XII qui, ayant fait mine de condamner le nazisme (selon lui simple mouvement issu du pan-germanisme), le préféra quand même in fine au communisme (considéré par lui comme le grand Satan moderne)***. On ne s'étonnera donc pas des menées anti-françaises d'un complice, objectif par son silence, de la sanglante dictature argentine.

Nous rappellerons donc à l'abbé Bergoglio qu'en France seul le voile intégral (burka), qui engrillage les femmes, est interdit dans l'espace public (afin de permettre l'identification immédiate des personnes). Que l'affichage de signes religieux ostensibles est interdit aux personnels des administrations et services publics durant leur service (par respect pour les convictions de chacun). Que par ailleurs l'état distribue de nombreuses subventions et aides à toutes sortes d'organismes confessionnels (lieux de culte, écoles...). Qu'il refinance sur deniers publics les défaillances des évêques qui se sont abstenus de respecter les lois en matière de protection sociale des prêtres, religieux et laïcs au service de l'église. Qu'il autorise dans le cadre des règles de sécurité publique toutes les manifestations religieuses extérieures (pélérinages, processions, assemblées.... et même des crêches dans les lieux publics dès lors qu'elles ont un caractère artistique évident).

Est-ce donc cela une Laïcité excessive ?

En conclusion mon cher abbé retourne t'asseoir sur ton timbre poste et médite sur ton trône au fait que de nombreux peuples envient la liberté dont jouissent 65 millions de Français « brimés » selon toi par la LAICITE qui permet de rassembler, dans une paix relative et sans qu'ils s'étripent, 65 millions d'individus chacun avec ses opinions politiques et religieuses propres.

*** On notera donc que pour Pie XII, qui s'opposa durement au communisme-stalinien, la vie d'un chrétien orthodoxe valait infiniment moins que celle d'un allemand catholique et bon contributeur au denier du culte romain... Y a pas de petit profit... ma bonne dame. 

 

16/03/2016

LE PIRE ETAIT A VENIR

Voilà c'est fait :

Le cardinal Barbarin, primat des Gaules, remercie (son) Dieu de la prescription de crimes pédophiles anciens...

Mais jusqu'où iront-ils???

14/03/2016

ABJECT... Encore plus !!!

Fait suite à notre page : http://lodgamour.blogspirit.com/archive/2016/02/06/abject-un-eveque-scandalise-les-petits-3065971.html

 

Le 9 mars dernier l'évêque de Bayonne a adressé une lettre d'excuse à ses paroissiens. Lettre dont nous donnons ici la copie in extenso.

Pour faire simple il s'y présente comme la blanche colombe attaquée par les crapauds, par la meute des médias, en vous disant : Français qui ne m'avez pas compris vous êtres des c..s.  

Pauvre évêque qui s'alarme de la grande fatigue de ses paroissiens alors qu'il est lui-même à l'origine de cette fatigue ?

Pauvre évêque qui s'estime harcelé par la meute médiatique alors qu'il a lui-même déclenché un tollé national en comparant daech et les lois républicaines sur l'avortement ? Alors même que cette presse n'a fait que son travail en dénonçant l'idiotie d'un tel rapprochement.

Pauvre évêque qui déclare connaître le drame des femmes en situation d'avorter mais préfère quand même les voir livrées aux aiguilles à tricoter des faiseuses d'anges plutôt qu'aux soins hospitaliers qui, au moins, conserveront leur capacité d'enfanter quand elles le décideront.

Pauvre évêque qui continue de refuser la contraception sous toutes ses formes en oubliant que les herbes aux anges et les préservatifs furent inventés dans les monastères et les couvents pour permettre la luxure sans risque.

Pauvre évêque qui dresse de l'avortement un tableau sordide, sans être totalement faux, en omettant de dire qu'avant la loi Veil sur l'IVG c'était encore bien pis avec les aiguilles à tricoter, le curetage qui s'en suivait, les morts par septicémie, les mutilées à vie privées définitivement de la possibilité d'enfanter.... et bien souvent des familles orphelines de leur mère.

Pauvre évêque qui ne sait pas que si l'élève (nous tous) n'a pas compris, le maître (lui) n'a pas enseigné. Donc si nous n'avons pas compris son tweet c'est qu'il l'a mal formulé ou pire formulé de telle sorte qu'il génère un trouble à l'ordre public.

Pauvre évêque qui oublie que si l'avortement est un drame pour la plupart des femmes, et plus encore des embryons sacrifiés, c'est en grande partie la faute de son église, des religions en général, qui refuse(nt) aux femmes cette liberté fondamentale d'être mères quand elles le désirent et non d'être soumises à « la loi du mâle » sous couvert de volonté divine.

Pauvre évêque qui se pose en victime des « ennemis de son église ». Ennemis générés par son obscurantisme et plus encore par les déviances de ses clercs et par le défi au sens commun que constituent ses dogmes.

Pauvre évêque qui parle d'intolérance, de débat confisqué alors que son église exclue à tours de bras tout ce qui ne pense pas comme elle, alors qu'elle fait peser sur toute la société tout le poids de son magistère bien trop humain pour être l'expression vraie de la volonté divine (si tant est que cette volonté soit).

Pauvre évêque qui ne se rend même pas compte qu'au delà des quelques bigots de son diocèse c'est le peuple de France dans son entier, qui a très largement approuvé les lois Veil, qui a été choqué. Que c'est à lui (le peuple de France) que doivent être présenté des excuses, à genoux, en chemise, couvert de cendres, devant la représentation nationale et en particulier de madame Simone Veil qui, plus que tout autre, a été atteinte dans son honneur et sa sensibilité de femme par ce tweet scandaleux.

Pour plus ci-dessous la lettre du bon apôtre...

Bayonne, le 9 mars 2016

 

Chers diocésains,

 

     En cette année sainte de la Miséricorde et alors que nous abordons la seconde partie de notre Carême, laissez-moi vous adresser une parole, après la tempête médiatique qui s'est levée ces dernières semaines et dont j'ai conscience qu'elle a fini par fatiguer beaucoup d'entre vous.

     C'est mon tweet du 12 janvier dernier qui a été, sinon la cause de tout ce tumulte, au moins l'élément déclencheur de cette polémique qui a fini par prendre des allures de « harcèlement médiatique ». Sans doute était-ce dans le contexte d'une nouvelle campagne gouvernementale de promotion de l'IVG, passée quasi inaperçue, que j'eus la volonté de souligner - de manière trop lapidaire étant donné le format contraignant d'un message de 140 caractères espaces compris - l'incohérence d'une politique qui nous protège contre la violence terroriste de Daech et continue d'exposer des milliers d'enfants innocents à la violence de l'avortement. Ce tweet serait passé inaperçu, si la presse locale ne s'en était emparée et si une parlementaire de Bayonne ne l'avait porté, à la connaissance de madame la Ministre de la santé et de ses collègues de l'assemblée nationale dans le cadre des questions au gouvernement, le 20 janvier dernier. S'ensuivirent des attaques ad hominem, un refus obstiné de dialogue et de débat, un déni de liberté d'expression et d'opinion, arguant d'une interprétation tendancieuse de mon tweet, m'accusant, en me faisant dire ce que je n'avais pas écrit, de comparer les femmes ayant recours à l'avortement aux terroristes de Daech ! Comme j'ai eu l'occasion de m'en expliquer dans une vidéo, toujours en ligne sur le site du diocèse, jamais je n'ai eu l'intention de stigmatiser les femmes ayant recours à l'IVG, dont je sais, de par mon expérience pastorale, qu'elles sont la plupart du temps l'objet d'une pression souvent insupportable ne leur laissant pas beaucoup d'autre alternative devant une grossesse non désirée et vécue comme une détresse.

     Mon intention était seulement de souligner la gravité d'un acte, dont je ne cherchais pas à désigner les coupables. J'entendais seulement rappeler une vérité occultée soigneusement dans notre société et cachée au grand public, à savoir que l'IVG consiste le plus souvent, selon les techniques en cours, à empoisonner ou à extraire de l'utérus de sa mère, moyennant un démantèlement de ses membres, un fœtus déjà formé ; ce qui faisait dire au Pape François et au Patriarche Kiril, dans la récente et historique déclaration de Cuba : « Nous appelons chacun au respect du droit inaliénable à la vie. Des millions d'enfants sont privés de la possibilité même de paraître au monde. La voix du sang des enfants non nés crie vers Dieu (cf. Gn 4, 10) » (n. 21). On aura reconnu la référence explicite au récit du meurtre d'Abel par son frère Caïn dans la Genèse.

     Avec le recul, je reconnais toutefois que ce tweet a été mal compris (d'autant plus que beaucoup n'en ont eu connaissance que par une presse déformante et partiale et qu'on peut légitimement me faire grief de ne pas avoir assez envisagé le scandale d'une telle incompréhension). J'en demande volontiers pardon à tous ceux qui en auraient été blessés. Je veux seulement qu'ils ne doutent pas de ma bonne foi et que mon seul souci en l'occurrence fut de prendre la défense des plus petits, des plus fragiles et des plus innocents, surtout quand ils sont soumis à la violence. Et l'avortement est une vraie violence, d'autant plus injuste qu'elle est autorisée par la loi. Je n'oubliais pas, comme je m'en suis aussi expliqué, les conséquences désastreuses, tant physiologiques que psychologiques et spirituelles, pour les femmes ayant avorté et souvent condamnées à porter bien seules une responsabilité largement partagée. Et cela aussi est une violence, le plus souvent subie. Mon ministère de prêtre m'a souvent confronté à ces situations de détresse post-lVG et m'a montré combien la Miséricorde du Seigneur est la seule voie ultime de guérison. Vous trouverez ci-joint une lettre poignante reçue dans le contexte tumultueux que nous venons de vivre et qui en apporte une éloquente confirmation.

     Ce que d'aucuns ont considéré comme une imprudence, et je veux bien accepter ce reproche qui m'a été fait au Conseil presbytéral et par quelques proches, ne justifie pas pour autant le déferlement de haine, d'attaques ad hominem, d'intimidation, d'intolérance, de réactions disproportionnées, de contre-vérités complaisamment relayées par une certaine presse à mon encontre ...jusqu'à dénoncer une œuvre d'art contemporain, mise en place depuis plusieurs mois dans la cathédrale par un artiste polonais, sous forme de vidéo, dont on peut certes discuter l'esthétique, mais qui n'avait d'autre intention que d'illustrer l'accomplissement en Jésus du mystère de la Miséricorde divine !

     On voudra bien reconnaître que je n'ai jamais cherché, quant à moi, dans mes mises au point, par l'intermédiaire tant du site internet diocésain que de mon compte twitter, à alimenter la polémique, en évitant soigneusement de prendre mes adversaires de front. Même après l'incident du carnaval de Saint-Jean de Luz, j'ai voulu dédramatiser en me contentant de circonscrire l'événement dans un genre littéraire qui allie traditionnellement l'humour à la dérision ; de même lors de la manifestation organisée le 8 mars pour la Journée de la femme par des associations féministes et le mouvement LGBT local, et qui visait entre autre à sanctionner l'évêque de Bayonne. J'ai bien conscience qu'en amont et en aval de ces incidents, il y a des lobbies particulièrement agressifs à l'endroit des positions de l'Eglise catholique que je défends comme évêque. Comme l'écrivent le Pape François et le Patriarche Kyril dans leur déclaration commune : « Nous sommes préoccupés par la situation de tant de pays où les chrétiens se heurtent de plus en plus souvent à une restriction de la liberté religieuse, du droit de témoigner de leurs convictions et de vivre conformément à elles [...] Nous sommes préoccupés par la limitation actuelle des droits des chrétiens, voire de leur discrimination, lorsque certaines forces politiques, guidées par l'idéologie d'un sécularisme souvent agressif, s'efforcent de les pousser aux marges de la vie publique » (n. 15). Je souhaite en tout cas que vous ne doutiez pas que, dans ces circonstances, la parole évangélique qui résonne le plus en moi,même si ce n'est pas toujours facile, est le commandement de Jésus dans le Sermon sur la montagne :« Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent, bénissez ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous diffament » (Le 6, 27-28).

     Ce tweet aura au moins révélé le climat d'intolérance qui caractérise notre société secouée par une grave perte de repères et où règne une sorte de «dictature du relativisme». Comme me le confiait un évêque dans un message de soutien : « Le plus violent est l'intolérance à tout débat et à toute parole libre sur le drame de l'avortement dans notre société ». Et le Pape François dans La joie de l'Evangile de pointer : « Fréquemment, pour ridiculiser allègrement la défense que l'Église fait des enfants à naître, on fait en sorte de présenter sa position comme quelque chose d'idéologique, d'obscurantiste et de conservateur. Et pourtant cette défense de la vie à naître est intimement liée à la défense de tous les droits humains. Elle suppose la conviction qu'un être humain est toujours sacré et inviolable, dans n'importe quelle situation et en toute phase de son développement. Elle est une fin en soi,et jamais un moyen pour résoudre d'autres difficultés » (n. 213. C'est ce qu'il me rappelait, non sans une certaine véhémence, lors de ma courte entrevue sur la Place Saint-Pierre le 24 février dernier, en citant ses propres paroles aux journalistes, dans l'avion qui le ramenait du Mexique :« L'avortement n'est jamais un moindre mal, c'est un crime, c'est le mal absolu ».

     Ce tweet semble avoir rouvert un débat confisqué et interdit depuis plus de 40 ans, comme l'atteste la tribune sur « le droit à l'avis » qu'avec six autres évêques - n'ayant pas eu le temps nécessaire d'en contacter d'autres -, nous avons signée dans le Figaro du 30 janvier dernier. C'est que, depuis le vote de la Loi Veil en 1975, l'avortement est une affaire entendue et est devenu un sujet tabou. J'ai pourtant la conviction, si j'en crois les très nombreuses réactions positives que j'ai reçues du diocèse et bien au-delà, qu'une parole est attendue et qu'elle peut avoir un effet libérateur et encourageant. Je pense notamment à de nombreux jeunes rencontrés ici ou là, et qui peinent à construire leur vie dans une société où les repères de sens sont si souvent brouillés, qui attendent une parole de père. En ce sens, je me réjouis de recevoir aujourd'hui du Conseil « Famille et Société » de la Conférence des évêques de France un ensemble de fiches pédagogiques sur la question de l'avortement (intitulées : « Réfutations d'affirmations usuelles concernant l'avortement »), réalisées par Mgr Michel Aupetit avec le Pôle Santé du Service National Famille et Société. Ces fiches sont destinées à offrir aux chrétiens des éléments de réflexion et de discernement en vue d'un dialogue et d'un débat autour des questions touchant l'avortement.

     J'en profite pour remercier tous ceux qui m'ont apporté le soutien de leur prière, de leur amitié et de leur encouragement. Je les remercie certes de se mobiliser, mais que ce soit surtout pour défendre et promouvoir les causes justes qui appartiennent à la mission prophétique de l'Eglise, et toujours de manière pacifique, dans le respect des personnes et en évitant soigneusement toute posture de politique partisane.

     Ceci dit, pour promouvoir une « culture de vie », nous ne saurions limiter notre action à la seule expression publique d'une conviction conforme à la raison et à la foi. Comme nous y invitait saint Jean Paul Il dans sa lettre encyclique prophétique L’Évangile de la Vie, il s'agit non seulement d'annoncer et de célébrer mais encore de servir concrètement l’Évangile de la Vie. Ce que les prêtres font dans leur ministère pastoral quotidien, par l'accueil et l'accompagnement des personnes pour les mettre en relation avec le Christ miséricordieux, beaucoup de consacrés et de fidèles laïcs le font, et pour certains à travers leur engagement dans telle ou telle association (CLER, AFC, ALLIANCE VITA, etc.). C'est la raison pour laquelle, j'ai apporté mon soutien à l'association « Naissance et vie 64 » qui cherche à mettre en place à Bayonne une maison d'accueil maternel pour femmes enceintes en difficulté. C'est aussi pourquoi la Pastorale familiale a ouvert un « Accueil Louis et Zélie » avec une quinzaine de bénévoles formés, pour accueillir, écouter, accompagner, voire orienter des personnes souffrant de diverses blessures de l'affectivité. Nous optons ainsi résolument pour une Eglise « vue comme un hôpital de campagne », selon la belle expression du Pape François. Car si le Saint-Père affirmait : « Ce n'est pas un progrès de prétendre résoudre les problèmes en éliminant une vie humaine », il ajoutait aussitôt : « Mais il est vrai aussi que nous avons peu fait pour accompagner comme il convient les femmes qui se trouvent dans des situations très dures, où l'avortement se présente à elles comme une solution rapide à leur profonde angoisse, en particulier quand la vie qui croît en elles est la conséquence d'une violence, ou dans un contexte d'extrême pauvreté. Qui peut ne pas comprendre ces situations si douloureuses ? » (La joie de l'Evangile, n. 214). Et dans ce domaine, il y a tant à faire.

     Il me faut conclure. Le Jubilé de la Miséricorde, où se révèlent paradoxalement nos blessures de communion, nos divisions, nos maladresses - et j'assume les miennes -, est l'occasion pour nous de demandes de pardon - et je ne m'en exempte pas - et de réconciliations salutaires. Dans les relations interpersonnelles blessées, soyons résolument des facilitateurs ou des médiateurs de passerelles plutôt que d'aider à consolider les murs qui nous séparent. C'est la grâce que je demande au Père « lent à la colère et plein de miséricorde ».

     Soyez assurés, chers diocésains, de mes sentiments dévoués et fraternels dans le Christ et Son Eglise et de ma prière à toutes ces intentions, dans la confiance que se lèvera le matin de Pâques !

+ Marc Aillet

En voilà un qui, assurément, quand les cloches iront à Rome sera, avec ses deux ailes, qualifié pour être chef d'escadrille.