14/04/2009

Un grand coup de gueule

Un grand coup de gueule de Jean Solis (Editeur) que nous relayons avec plaisir tant notre propre ras-le-bol est grand. Si ça n'a pas d'effet (ne rêvons pas) au moins ça défoule. 

Les francs-maçons sont décidément les nouveaux juifs de la presse française

Amis journalistes (...), que c'est désolant d'avoir perdu vos "yo*****" en 1945 ! Qu'il est navrant d'avoir dû renoncer au discours condescendants du type "ya bon" du post-colonialisme ! Que ne regrettons-nous les "melons", les "manouches", les pédés et les gouines du bon vieux temps où, quand on n'avait plus rien ni personne à stigmatiser sur le thème du"pays qui va mal", on pouvait toujours se rabattre sur un groupe, une communauté (ou qualifiée telle) pour focaliser la haine et les aigreurs du beauf (B.O.F. ?) moyen...
Chers journalistes, quel honneur pour nous, francs-maçons, d'être vos nouveaux juifs ! Cette communauté honnie qui vous dut tant de Dreyfus à Pétain...
Moi, Solis, éditeur à 1 500 euros par mois, ancien élu partitaire et éleveur de poules pour améliorer l'ordinaire, qu'aurais-je à dire sur vous quand je ne complote pas contre l'Etat ou la France ? Que, à chaque fois que je lis un article sur la crise du livre dans vos magazines en couleur, je tremble devant tant d'incompétence... ? Que, quand je vous lis gloser la grippe aviaire, je pleure devant vos à-peu-près tellement bien arrangés pour faire peur au lecteur citadin qui cauchemarde à l'extermination de l'humanité rien qu'à vous lire ? Que vos articles sur la protection santé et la Sécu, vus par quelqu'un "de l'intérieur", sont d'une indigence et d'une insuffisance pathétique ? Comment voulez-vous qu'on vous fasse confiance quand, à chaque fois qu'un lecteur possède une expertise dans un domaine, il est choqué par vos carences ?
Mettez-vous un point fort à la nullité dans tous vos sujets ? Quand on vous dit : mais vous n'avez qu'à y rentrer, en maçonnerie, comme ça vous saurez la sinistre vérité [rires démoniaques]... Mais vous ne venez pas ! Tous nos rituels, règlements et colloques sont en ventes à la FNAC, mais vous ne lisez pas ! Vous préférez faire fantasmer la part raciste et sombre de vos lecteurs les plus abrutis, n'est-ce pas ? Ne pleurez donc pas la chute de vos ventes, alors, et réfléchissez sur vous-mêmes, comme les "francs-mac'", que vous excluez de vos lecteurs fidèles à cause de votre post-collaborationnisme sinistre (160 000 lecteurs, c'est bon à prendre quand on est moribond, pourtant ?).

Alors, en attendant que la Loi ne protège un jour, à son tour, les francs-maçons de votre racisme racoleur comme elle met à l'abri les homosexuels, les juifs, les musulmans ou les gens du voyage, je souhaite bons marronniers au Point, à l'Express, à l'Obs, à Coignard, à Ottenheimer et autres ramoneurs de chiottes post-pétainistes et paranos par opportunismes ! Qu'on se le dise :

Avec tous les francs-maçons de France, Solis vous EMMERDE et n'achète pas vos TORCHONS HAINEUX.
J'appelle tous les soeurs et frères qui en ont marre à boycotter ces papiers sales et à faire circuler au maximum ces paroles de ras-le-bol.

Jean Solis, complotiste démoniaque, milliardaire qui mange les enfants, agent des forces judéo-maçonnico-cosmopolites.

Site de Jean Solis : http://www.la-franc-maconnerie.com/

Et nous pourrions paraphraser ce texte en le débutant par "Amis chrétiens, catholiques, orthodoxes, musulmans et autres encalottés, enturbannés, enjuponnés, haineux, embastillés dans vos religions et options politiques d'extrême gauche comme d'extrême droite ou du milieu..." et en le terminant par "Avec un très grand nombre des Francs-Maçons de France, avec tout ce que notre pays compte d'hommes et de femmes libres et laïcs, nous vous EMMERDONS et nous n'adhérons pas à votre foi oublieuse des fondamentaux de la morale naturelle, des enseignements évangéliques d'Amour, de ceux rappelés par Vatican II, de tolérance, de respect de la liberté de conscience, d'ouverture aux autres... Nous combattons et combattrons toujours vos idées subversives contre les Lumières, la République, la Démocratie, la Laïcité, le droit des femmes, celui de mourir dans la dignité, celui de faire l'amour à nos compagnes et compagnons en se mettant le préservatif ailleurs qu'à l'index....

En un mot, malgré vos hiérachies religieuses et politiques, malgré tous les excités de la Bible et du Coran, les pervers admirateurs des Protocoles et autres complotistes qui vous incitent à l'intolérance religieuse, philosophique, sociale, voire raciale  nous nous battrons pour LES LIBERTES. Notamment celle de penser autrement que sous la loi d'airain de vos dogmes et mots d'ordre. Avec Voltaire nous "écraserons l'infâme" pour qu'advienne la LIBERTE qui est le bien le plus précieux que le Créateur a donné à l'homme et qu'aucun pouvoir n'a le droit d'amortir ou de détruire. 

16/06/2007

Lettre ouverte aux Evêques de France

Note initiale modifiée le 21/07/07 
Nous publions ici un texte envoyé par un de nos correspondants (note initiale) :  
A Messeigneurs Evêques
Je viens de recevoir l'appel en vue du versement du Denier de l'Eglise.
Pour la première fois je n'apporterai pas mon don habituel (pas forcément sous la forme du DE). Pourquoi?
Parce que je préfère financer directement une action humanitaire plutôt qu'apporter mon concours financier à une église qui laisse se développer, sous couvert de défense et de promotion de la foi, les thèses les plus extrêmistes contre :

- nos sociétés républicaines, démocratiques et laïques qui pourtant protègent l'exercice libre de la foi (au moins en France).
- nos lois de progrès en faisant du droit à mourir dans la dignité un meurtre complice de l'euthanasie, en refusant aux femmes, qui souvent n'ont pas d'autre choix, le droit d'avorter autrement que sous les aiguilles des faiseuses d'anges.... Ce n'est pas pour autant que je ne considère pas l'euthanaise et l'eugénisme comme des crimes.
- en propageant une doctrine sociale qui n'est qu'une volonté d'instaurer un état de société théocratique sous prétexte d'apaisement des luttes sociales.
- en permettant, sous prétexte d'une vague condamnation et sur la base d'accusations fausses, voire mensongères et calomnieuses, le développement d'un anti-maçonnisme virulent bien proche de  ses cousins monstrueux que sont le complotisme, le racisme, l'anti-sémitisme... qui ont conduit aux pires horreurs du siècle passé ...

Et je ne parlerai même pas de cette résurgence des "fols de Dieu", bien représentée pas certains membres de sites chrétiens et catholiques ou idéologiquement apparentés, et qui fut, à d'autres époques, calamiteuse pour l'Eglise. Ni bien sûr de certaines déclarations épiscopales (Brincard, Girotti...) qui sont rien moins que des incitations au rejet de l'autre et des ingérences dans le droit des sociétés et dans le débat public.
 
Si vous pensez que j'exagère, alors faites recherche dans ces sites qui se disent chrétiens et catholiques sur ces thèmes et relisez les messages chargé d'animosité, voire de haine contre les personnes et les institutions mises en cause. En n'oubliant pas le nombre de messages rectificatifs non publiés par les équipes d'animation qui semblent choisir le camp du rigorisme et de l'intolérance doctrinale plutôt que celui de l'ouverture.
Je vous salue respectueusement.
Noel 
Chrétien, Catholique et Franc-Maçon
A la suite de ce message, également adressé en propre à son évêché, notre correspndant a reçu la réponse suivante :
Bonjour Monsieur,
J'ai bien reçu votre e-mail qui exprime clairement les raisons de votre décision, raisons nombreuses qui vous appartiennent.
Vous comprendrez aisément qu'il n'est pas de notre responsabilité, en tant que Service Denier,  de commenter ou de clarifier tel ou tel point que vous évoquez.
Témoigner de sa foi n'est pas une chose simple que ce soit en tant que personne ou en tant qu'institution. Mais c'est pourtant une responsabilité souvent passionnante. Nous le savons tous. Elle fait aussi appel à la diversité dans l'église qui est toujours une richesse. 
 En vous remerciant d'avoir pris la peine de nous dire votre choix, nous vous assurons de nos sentiments bien fraternels.
Christian V****
Service Denier
Message qui vient de recevoir la réponse qui suit :
Bonjour Monsieur V***
Merci de votre réponse... qui n'en est pas une!
Il ne s'agit pas ici de témoigner de sa foi mais de faux témoignage, d'accusations sans preuve, de dénonciations calomnieuses, d'incitation à la violence religeuse... et de complicité des mêmes chefs etc...
Et si l'église, organisation humaine, (j'ai bien noté dans votre message la minuscule qui la distingue de l'Eglise communauté des croyants au message évangélique) se reconnait dans cette diversité là, on ne peux pas s'étonner de voir les églises (bâtiments et cultes) se vider. 
Merci de transmettre à Mgr A***

Lettre ouverte au pape et à la hiérarchie catholique

C'est bien volontiers que nous relayons cette lettre ouverte à Sa Sainteté Benoît XVI. Nous n'aurions pas choisi le tutoiement mais plutôt le vouvoiement. A part ça nous sommes en plein accord avec le fond très modéré de ce texte dont nous ne sommes pas les auteurs.


LETTRE OUVERTE
au
CITOYEN, BIEN AIME et TRES CHER FRERE
JOSEPH RATZINGER


Benedictus XVI
Episcopus Ecclesia Catholicæ,
Servus servorum Dei.
Dominus Apostolicus
Souverain Prince en ses états du Vatican.




Citoyen, bien aimé et très cher frère,


C'est en raison de notre triple appartenance à l'Eglise du Christ, au Catholiscisme et à la Franc-Maçonnerie traditionnelle que nous t'adressons cette lettre ouverte en ta qualité de chef de l'Eglise Catholique Romaine. Peut-être seras-tu surpris par notre tutoiement? N'est-il pas de mise entre "frères" qui n'ont qu'une seule patrie et qu'un seul Père?


L'Eglise, que tu représentes se place par "institution divine" au dessus de toutes les autres institutions (Can. 100). Elle prétend les juger toutes ainsi que leurs dirigeants (Can. 1557). Elle interdit le recours aux tribunaux contre ses arrêts (Can. 2334 et 2335).


Toi-même, en tant que "premier siège", n'es jugé par personne (Can. 218, 1556). Tes jugements sont sans appel (Can. 1880) parce que, pense-t-on, inspirés "de l'Esprit Saint" (Can. 219). Par là même, tu es dispensé de la charge de la preuve (Can. 1747). Et il suffit que tu déclares qu'une chose incertaine est problable pour qu'elle devienne certaine (Can. 1825, 1827).


Ainsi, il a suffit que tes prédécesseurs, "attentifs à la renommée publique (sic) et à l'insinuation (sic) d'hommes pieux", déclarent la Franc-Maçonnerie "criminelle", "satanique", "perverse"..., longue est la liste des qualificatifs diffamatoires (Can. 2335, Encyclique "In Eminenti" et suivantes), pour qu'elle le devienne aux yeux de nombreux chrétiens. A ceux également de toutes sortes de gens et systèmes de pensées, généralement proches de ce qu'on qualifie "extrêmisme" (de droite et de gauche), dans lesquels - tant les idées véhiculées sont aux antipodes des enseignements évangéliques - on est en droit de se demander ce que vient y faire un grand nombre de chrétiens et de catholiques?


Ainsi, il a suffit que dans une déclaration (datée de 1983), confirmé par ton prédécesseur Jean-Paul, tu réaffirmes l'incompatibilité de l'appartenance à l'Eglise et à la Franc-Maçonnerie pour que se déchaînent à nouveau les démons de l'anti-maçonnisme, du complotisme judéo-maçonnique... proches parents du racisme, de l'anti-judaïsme, de l'anti-sémitisme.... Pour que se multiplient les marques d'incitation à la haine du "franc-mac" et de la Franc-Maçonnerie. Nombreux sont, actuellement, les sites Internet et les ouvrages d'inspiration chrétienne qui en témoignent amplement.


Nous ne reprendrons pas ici l'histoire de l'antimaçonnisme dont les termes, dès Clément XII, sont, à peu de chose près, les mêmes que ceux qui furent jadis employés par les Césars romains contre les collégia, les juifs et les premiers chrétiens. Qui furent repris par l'église naissante contre les gnoses. Qui donnèrent naissance à l'ignoble accusation de "déicide".
Textes qui alimentèrent les écrits du misérable abbé Barruel, donnèrent matière aux infâmes et faux "Protocoles", à la folie d'un Taxil, aux écrits antisémites et antimaçonniques de nombreux clercs, dont l'évêque Jouin de triste mémoire, de plusieurs autres qui, aujourd'hui encore, parlent au nom de l'église et en ton nom. Ecrits, plus fous les uns que les autres, qui furent aux sources des pires régimes politiques connus au siècle précédent. Qui inspirèrent les divagations lucifériennes du Palladisme et autres théosophies qui sont pour beaucoup à l'origine des thèses divagantes du new-âge.


Nous ne nous porterons pas non plus en défense de la Franc-Maçonnerie. Nous n'avons pas qualité pour cela.

- Il suffit qu'elle soit ce qu'elle est : Une alliance d'hommes (et de femmes) éclairé(e)s réunis pour travailler en commun au perfectionnement matériel, moral, philosophique et spirituel de l'humanité.


- Il suffit que la très grande majorité des Francs-Maçons du monde travaillent à la Gloire du Grand Architecte de l'Univers, cité comme tel dans un rituel de la messe de Pâques, en présence de la Bible ouverte au Prologue de l'Evangile de Jean.


- Il suffit qu'elle dise à ses adeptes pour qui la religion est un secours : "Pratiquez la foi selon votre coeur. En tout ne suivez que votre conscience". Il suffit qu'elle recommande à tous d'être "hommes d'honneur et de probité, bons et loyaux, au service de tous", qu'elle appelle au respect de la croyance de chacun.


- Il suffit que n'importe quel Franc-Maçon de bonne foi, fasse, comme nous, référence à ce que dit Pierre à propos de la charité, de l'hospitalité, du service de la communauté (P1-4,7), à ce qu'il recommande dans son Avertissement aux Anciens d'avoir à paître le troupeau, non par contrainte, mais par l'élan du coeur (P1-5,1), à ce qu'il exorte d'ajouter à la foi la vertu, à la vertu la connaissance, à la connaissance la tempérance, à la tempérance la constance, à la constance la piété, à la piété l'amour fraternel, à l'amour fraternel la charité (P2-1,5).


Ainsi se trouve bien et pleinement justifiée la parole de nos Anciens Maîtres selon laquelle "Le FM s'il comprend bien l'Art (de maçonnerie) ne sera jamais ni un athée stupide ni un libertin irreligieux". Quel homme, quelle femme, "libre et de bonnes moeurs", viendrait à refuser cette noble ambition d'ajouter à sa foi religieuse, à sa foi en l'humanité, la vertu, la connaissance, la tempérance, la constance, l'amour fraternel, la charité... lorsque ces vertus sont tension vers le Bien, Lumières spirituelles, Amour?


Que valent les interdits face à cette attente exigeante, à ce désir d'action mis au service de l'Homme et de la Gloire du Créateur dans le monde? Certes tous les francs-maçons ne sont pas parfaits. Mais quelle société humaine peut prétendre à la perfection de tous ses membres.


Certes il y a des divergences entre nos institutions où l'intolérance laïque a répondu ou répond encore à l'intolérance religieuse. Mais quelles preuves l'Eglise apporte-t-elle de ses accusations gravissimes d'ourdir des complots contre l'église et les états, de favoriser l'établissement de lois scélérates, d'être à l'origine de la licence des moeurs, d'être une vaste organisation criminelle, de pratiques contre nature...? Aucune! Sauf de vagues motifs de relativisme, de naturalisme, de positivisme, de comparatisme, d'humanisme sans dieu... qui ne sont que des concepts flous tels que la grande majorité des peuples soit ne les comprend pas, soit les ignore.


Quand bien même, et ainsi que nous l'affirmons, à l'opposé des mensonges propagés par l'antimaçonnisme religieux et politique, la maçonnerie est cette société philosophique composée "d'hommes (et de femmes) éclairé(e)s réunis pour travailler en commun au perfectionnement matériel, moral, philosophique et spirituel de l'humanité". Cela en fait-il une ennemie des peuples?

Quand bien même, et ainsi que nous la vivons, la vocation maçonnique est d'être d'abord tourné vers l'homme, cela empêche-t-il d'être aussi tourné vers le ciel et que le ciel inspire la conduite de la très grande majorité des membres? Cela en fait-il une ennemie de l'Eglise et de la religion?


Quand bien même le sens de la démarche maçonnique, ainsi que beaucoup avec nous essayent de la mettre en oeuvre, est d'aider les hommes à être connaissants car seule la Connaissance les rend libres; à être solidaires car seul le partage les rend égaux; à être fraternels entre-eux car seule la fraternité rend compte de l'Amour. Cela en fait-il une association d'hommes et de femmes sans morale, sans foi ni loi?


Cela suffit-il à faire de la Franc-Maçonnerie, qui compte dans ses rangs un grand nombre de chrétiens, une organisation criminelle?


Voilà pourquoi, et parce que nous te pensons sage parmi les sages, nous t'appelons par la présente à une mise au point solennelle :


- Lavant définitivement la Franc-Maçonnerie des accusations infâmantes lancée contre elle par l'Eglise.
- Condamnant avec fermeté les diatribes, les insinuations injurieuses et calomnieuses portées contre elle et tenues par tous ceux, clercs, fidèles, associations, mouvement politiques... qui se réclament de la foi en Christ.
- Rétablissant dans la plénitude de leurs droits en Eglise ceux des fidèles qui, comme nous, sont à la fois chrétiens, catholiques et francs-maçons fidèles à leurs devoirs.


Confiants en ta prudence et assurés de ton discernement, reçois ici Citoyen, bien aimé et très cher frère Benoît XVI, l'assurance de notre respectueuse considération.

Emmanuel (signature collective) http://letrouvertes.blogspot.com/

 

 

Cette homonymie étant susceptible de confusion, mais qui ne nous gêne pas pour l'instant, a été signalée aux auteurs du blog. Sans résultat pour l'instant. 

29/10/2006

Pamphlet moderne contre les condamnations papales

Un de nos correspondants nous communique la note ci-dessous relative aux condamnations dont la maçonnerie a fait l'objet depuis Clément XII. Nous la reproduisons in-extenso : 

"Chers Amis et Frères

Dans l'un de ses posts contre la maçonnerie un correspondant d'un forum catholique a fait état de la thèse d'un historien réputé en se servant de cet ouvrage pour justifier ses thèses antimaçonniques. Voici ci-après ma réponse :

Cette thèse monumentale a fait l'objet d'une synthèse sous la forme d'un gros pavé de 900 pages intitulé "Les Archives Secrètes du Vatican et de la Franc-Maçonnerie – histoire d'une condamnation pontificale" qui en est à sa 5ème réédition internationale et à la seconde pour la France. L'auteur en est José A. FERRER – BENIMELI, jésuite et professeur à l'Université de Saragosse. C'est un auteur prolixe qui a publié en espagnol pas moins de 25 ouvrages, tous épuisés. Un de mes amis, historien maçonnique de réputation internationale, dit de l'ouvrage "Très bon mais d'une lecture ardue". Un autre, d'ailleurs cité dans l'ouvrage en question, confirme avec la réserve que l'auteur aurait pillé ses prédécesseurs sur le sujet.

Cette thèse ne prétend pas couvrir toute l'histoire de la maçonnerie mais seulement celle de la période du XVIIIème siècle qui en a vu la naissance sous sa forme actuelle. Cependant l'auteur convient que la maçonnerie de notre époque diffère assez peu de celle qu'il décrit malgré ses glissements libéraux au sujet desquels on ne sait pas s'il les approuve ou non. L'exposé de l'auteur comprend trois grandes parties :
- qu'est-ce que la Franc-Maçonnerie, pourquoi la première condamnation papale?
- suite de procès inquisitoriaux.
- évolution des relations entre l'église et la FM après les condamnations papales.
Il termine par une brève conclusion suivie d'une impressionnante liste de clercs de tous rangs membres de la FM au XVIIIème siècle (à laquelle il faudrait ajouter deux curés grands oncles de mon épouse qui furent à l'époque décrite curés de deux petites villes vosgiennes), une liste de loges et de lieux, ainsi qu'une bibliographie abondante.

Mon avis sur cet ouvrage (pour qu'on sache d'où je parle et pour ne pas mélanger mon avis perso avec l'avis de l'auteur sur la maçonnerie), j'ai deux critiques à lui faire :
- L'auteur, qui a eu accès aux meilleures sources et aux archives vaticanes (sauf celles du Saint Office (Inquisition ou actuellement Congrégation  pour la Doctrine de la Foi dont le Cardinal Ratzinguer fut Préfet)) ne semble avoir eu connaissance que des trois premiers degrés maçonniques (et encore) et n'avoir pas eu accès au sens véritable de la "légende d'Hiram" (qui est la clé de l'initiation maçonnique) puisqu'il cite sans réfuter (page 20) "la mort effrayante et impunie de l'Architecte Hiram.../... doit être reléguée au rang des romans fantastiques". Ceci est une erreur car la légende qui se poursuit dans les degrés dits "de perfection" porte notamment sur la poursuite de ces mêmes meurtriers avant d'aller plus loin. Et ce plus loin c'est la construction du temple de Salomon, construit, détruit, reconstruit... jusqu'à ce que les maçons légendaires comprennent que le temple à construire n'est pas matériel mais spirituel. Que ce temple est certes d'ordre personnel (le temple de l'humanité) mais aussi et surtout d'ordre universel (dans le plan humain , soit le Temple de l'Humanité). Que cette construction du maçon est un travail préparatoire à la descente de l'Esprit et à l'installation de la "Présence"? Il ne s'agit donc nullement de "fantasmagorie" mais bien au contraire d'un légendaire porteur de sens.
- L'auteur ne semble s'être réellement intéressé qu'à la maçonnerie dérivée de l'anglaise dite "régulière", alors que la maçonnerie continentale, et même française, de cette époque sont au moins aussi riches si ce n'est plus que l'anglaise. Il faut sans doute voir là la préférence de l'église (l'auteur est Jésuite) pour cette maçonnerie réputée "régulière" alors qu'elle ne l'est guère plus que la libérale et qu'elle n'en a guère plus d'antériorité.
Il y aurait à souligner d'autres petites erreurs d'interprétation, mais elles sont mineures, et ne mettent pas en cause la qualité générale de l'oeuvre, dont je rappelle qu'elle est une synthèse d'un travail plus conséquent. De même je peux regretter que l'auteur ne se soit pas plus étendu sur la période qui va du XVIIIème siècle à nos jours. Mais il est vrai que ce n'était pas son propos.

A contrario j'ai apprécié qu'il sépare nettement, en historien compétent, ce qui est des faits, de l'analyse des sources et son avis personnel sur tel ou tel aspect de la maçonnerie.

Avant d'aller plus loin, je dois dire que je connaissais cet ouvrage pour l'avoir lu en grande diagonale à une époque où l'histoire de la maçonnerie n'était pas ma tasse de thé. La taille du pavé m'a un peu découragé lorsqu'il y a quelques mois je me suis intéressé à l'origine et aux développements actuels de l'antimaçonnisme.

C'est grâce à la citation de ce scripteur catholique plutôt intégriste que je me suis attelé à la lecture plus attentive de ce livre que je m'étais promis de lire plus tard. Et comme il a eu raison de le citer!!!
Car ce livre démolit toute sa thèse sur les accusations de naturalisme, d'empirisme, de relativisme... de complot, de crime... qui fondent les condamnations papales depuis Clément XII jusqu'à nos jours sous la plume de JPII par l'intermédiaire de Joseph Ratzinger, Préfet de la l'Inquisition (même si son nom a été édulcoré en Congrégation pour la Doctrine de la Foi), devenu BXVI.

Il démontre que ces accusations sont fondées sur des aveux arrachés sous la torture (même légère dans certains cas), sur la rumeur publique, le soupçon.... Qu'elles ont été prises dans un contexte de luttes politiques intenses entre cardinaux notamment. Qu'elles ont été prises, du moins pour la première, par un pape aveugle et impotent, menaçant à chaque instant de répandre ses instestins (il souffrait d'une éventration magistrale) et, selon son successeur Benoit XIV "réduit à n'être qu'une marionnette".. Qu'elles ne sont fondées sur aucune preuves sérieuses (pages 108, 109). L'église de l'époque allant même insister auprès de ses inquisiteurs pour qu'ils en fournissent (ou fabriquent) car selon le Droit Canon de l'époque (et d'aujourd'hui d'ailleurs) aucune des informations connues de l'église n'est susceptible d'entraîner condamnation (pages 108, 109). Que même, de Clément XII à Benoit XIV, on condamne une institution "dont, en fait, on ne savait ni ce qu'elle était ni en quoi elle consistait" (page 858). Qu'on utilise déjà la théorie du "complot" contre l'état et qu'il se fait une conjuration église-pouvoir temporel pour détruire la FM (pages 110 et suiv). On lit même sous la plume de l'auteur que les condamnations papales constituent une violation du Droit Canon, une dénonciation calomnieuse totalement infondée (NB : c'est un Jes qui écrit).

Ainsi à propos du "secret" cite-t-il (page 52) : "Le secret véritable - si on peut dire - consistait simplement dans l'interprétation allégorique des cérémonies rituelles et en elles il n'y avait rien de nuisible ou de malfaisant, car l'interprétation exaltait la recherche de la vérité, la pratique de la vertu, l'exercice de la fraternité.".Ou encore (page 51) : "Réunion (d'hommes) tellement admirable qu'elle paraît impossible, si une expérience, toujours maintenue dans l'Ordre, ne prouvait qu'elle existe réellement; réunion des coeurs, telle que l'ont toujours désirée les meilleurs et les plus pieux des hommes, faute de celle des dogmes". (Nb : C'est ici que se place le reproche mentionné plus haut de ne considérer que la maçonnerie anglo-saxonne en déclarant la maçonnerie continentale "irrégulière" alors que les principes sont toujours maintenus... y compris dans la plupart des loges du GO).

Que dire encore? Qu'on voit de nombreux ecclésiastiques prendre plus ou moins ouvertement la défense de l'institution maçonnique. Que l'auteur fait pièce, à juste titre, de nombreuses légendes qui ont encore cours chez de nombreux maçons quant aux origines très anciennes de la maçonnerie alors qu'elles ne sont que légendaires. Qu'il semble avoir une préférence pour une filiation venant des loges "opératives" de constructeurs vers les loges "spéculatives" actuelles.

Dans sa conclusion l'auteur insiste sur le fait que les premières condamnations de la maçonnerie sont d'ordre politique (seules les assoc contrôlées par les pouvoirs civils avaient droit de cité). La création de loge maçonniques dans les états est donc à la fois une provocation civile et un acte de liberté fondamentale. Il insiste également sur le fait que les condamnations papales, chef temporel autant que spirituel, ne font qu'ajouter un motif religieux aux motifs civils. Qu'aucun des motifs religieux n'est fondé en droit canonique, que la régularité des procédures d'instruction n'a pas été respectée et que par conséquent ces condamnations, celle de Clément XII jusqu'à JPII-J.Ratzinguer, sont illégales et leurs motifs nuls et non avenus. Que, de plus, on condamne une association dont on ne sait rien ou pas grand chose et ce alors qu'il existe de nombreux témoignages en sa faveur.

NB : Tout ceci sera repris en plus que négatif dans les célèbres écrits du triste abbé Barruel qui a l'évidence semblent avoir largement inspiré l'antimaçonnisme des XIX et XXèmes siècles qui le virent proche parent du racisme, de l'antijudaïsme, de la xénophobie, des thèses du complotisme international... Auxquels malheureusement, il faut le redire, de nombreux ecclésiastiques prêtèrent encore leurs voix... De nos jours encore hélas. Qui semblent également avoir largement inspiré les thèses des Protocoles (Sion et Torronto) et même jusqu'à la sinistre Charte du Hamas ainsi que les pires thèses du complotisme. Sans parler des mouvances politiques extrêmes (dont d'obédiences chrétiennes).

Un espoir cependant. Il est très clair que la dernière condamnation de JPII–J.Ratzinguer est très en retrait de ce qui se fit avant eux.

Noel"

J'ajoute, nous dit ce Frère dans un commentaire manuscrit, qu'il serait intéressant et peut-être amusant de constituer un collectif de maçons, de toutes sensibilités, pour porter l'affaire devant les Juridictions Européennes compétentes afin d'entreprendre le pape (chef temporel autant que spirituel de l'Eglise catholique) en vue d'obtenir l'abrogation solennelle de la condamnation en cours.

Idée plaisante en effet!

 

 


05/02/2006

Un prêtre témoin de vérité

A côté d'un Joseph de Maistre, qui fut brièvement franc-maçon, qui devint renégat et l'un des plus ardents propagandistes de la contre-révolution royaliste et papiste de la fin du XVIIIème siècle, on trouve des clercs qui témoignèrent avec ardeur de leur appartenance maçonnique.

L'un de ces Frères, au double titre de Chrétien et de Franc-Maçon, est le Père Pierre DES PILLIERS qui écrivit en réponse à l'Encyclique "Humanum Génus" du pape Léon XIII un pamphlet à la gloire de la Franc-Maçonnerie d'une rare violence épistolaire.

Ce prêtre courageux se présente comme "Ancien prêtre et vicaire de Clairvaux (Jura) - Jadis bénédictin de Solesmes (Sarthe) - Fondateur et premier supérieur de l'abbaye d'Acey (Jura)".

Le titre de son ouvrage, publié en 1887, est LA FRANC-MACONNERIE ET LEON XIII SON CALOMNIATEUR.

Texte : http://visualiseur.bnf.fr/CadresFenetre?O=NUMM-204145&... (pour obtenir le texte de cet ouvrage suivre le lien) 

Citation : "Le 2 avril 1884 le pape actuel lançait contre la Franc-Maçonnerie une diatribe indigeste et ne le cédant en rien, sous le rapport du mensonge, de la haine, à celle de de ses prédécesseurs éhontés : Clément XII, Benoît XIV, Pie VII, Léon XII, Pie VIII, Grégoire XVI et Pie IX. Ces moyens immoraux n'ont fait que montrer l'impuissante fureur de la papauté, tout en relevant la vigueur de la sublime institution qu'elle ose attaquer avec des armes si déloyales. Ne voulant pas rappeler ici les furibondes sorties des papes susdits, morts et vite oubliés, nous allons réfuter les allégations de l'Italien PECCI (NB : le pape); puis établir un parallèle entre la papauté calomniatrice, et sa calomniée la Franc-Maçonnerie...

- Paragraphe premier : Allégations de l'Italien PECCI contre la Franc-Maçonnerie (NB : Ici l'auteur réfute quelques arguments papaux relatifs à la nocivité de la FM, à ses finalités et organisation, au secret...).

- Paragraphe second : La franc-Maçonnerie est fort utile au Christianisme et à la société civile (NB : Ici l'auteur démontre comment les principes évangéliques prêchés par le Christ lui-même se réduisent à la formule "Liberté Egalité Fraternité" qui compose la devise maçonnique et en est le fondement. Le Christ dit-il a prêché la Vérité car elle rend libre. Il a prêché l'Egalité car il a condamné la domination. Il a prêché la Fraternité car ... vous n'avez qu'un Père qui est dans les cieux (Dieu)...)

- Paragraphe troisième : La Papauté n'est pas Chrétienne (NB : Selon l'auteur elle proscrit la liberté, l'égalité et la fraternité mais aussi toutes les autres libertés fondamentales (liberté de conscience et d'examen, de la presse, de l'enseignement, la liberté des cultes, et des réunions dont elle n'a pas la direction et jusqu'à la liberté intime de penser). Il cite les multiples crimes dont l'Eglise s'est rendue coupable (Inquisition, dragonnades, massacres...). IL dénonce la collusion de l'Eglise avec les puissants. Il dénonce les activités occultes de l'Eglise (espionnage, manipulations, luxure...). Il termine par une exécration du siège papal. Il déclare son appartenance à la FM justement pour lutter contre tous ces excés et rétablir le Christianisme dans son authenticité).

 

.../...