30/04/2008

Extrait d'un ancien rituel dit "de Berne" (vers 1740)

Extrait d'un texte maçonnique publié au début du 20ème siècle divulguant un rituel maçonnique très ancien puisque daté par les spécialistes de 1740 environ (soit en même temps ou presque que la première condamnation papale de Clément XII - In Eminenti - 1738) 

 L'article extrait et présenté ici ne devait être lu qu'aux candidats catholiques romains.

".../... A l'Egard du scrupule que bien des gens ont conçû au sujet des Censures Ecclesiastiques, que l'on pretend étre lancées contre Nous, cet Objet ne doit pas inquieter lorsqu'on veût y reflechir, sans vouloir se soustraire à l'Obéissance du St-Siege, il est permis de Connoitre jusques ou vâ son pouvoir sur tout, lorsque l'on puise la Regle de son Jugement dans les Sts-Canons, qui font eux memes toutte l'Authorité du Souverain Pontife; Or nous apprenons par ces Canons qu'une Excommunication ne peût etre valable qu'autant qu'elle a été portée en Connoissance de Cause, attendû que le Mal ne se suppose point, etant surs comme Nous Sommes que le Pape n'a pas crû etre instruit de ce qui se passe parmi Nous, Nous sommes deja convenûs que l'Excommunication est nulle de plein Droit, puis qu'elle à manqué du Moyen necessaire pr. la fonder, mais à supposer que sous le Titre de Censure Conditionnelle elle puisse avoir quelque force, notre Conscience dans ce Cas est notre veritable Refuge, et puis qu'elle ne nous reproche rien, nous devons en etre parfaitement tranquilles.../...".

On ne peut être plus clair. Nous pouvons donc considérer comme nulles toutes les condamnations qui ont repris cette condamnation de Clément XII y compris la dernière sous la plume de J. Ratzinger. Et nous pouvons aussi considérer comme "faux témoins" tous les papes, cardinaux et évêques successifs qui ont fulminé contre la maçonnerie sans être plus instruits que leur prédécesseur Clément.   

Emmanuel

 

17/05/2006

Etre et rester FM - Pourquoi passer outre la défense de l'église?

Pourquoi devenir et rester FM? Alors que l'église le défend?

Nous allons essayer de répondre à cette question à partir de plusieurs expériences maçonniques au sein d'une obédience dite libérale et symbolique, non mixte, répondant aux trois fondamentaux de la FM (et à quelques autres) :

- Reconnaissance du Grand architecte de l'Univers comme Principe Créateur - Présence en loge des Trois Grandes Lumières de la FM que sont l'Equerre, le Compas et le Livre - Composition régulière de la loge (notamment nombre d'officiers nécessaires et élections annuelles).

Qu'est-ce qu'un FM? : Un homme ou une femme ordinaires comme il est possible d'en rencontrer partout tous les jours, parents attentionnés, travailleurs, plutôt urbains, plutôt respectueux des lois, citoyens engagés, croyants ou non... En tous cas en "recherche de sens".

Pourquoi le devient-on? : Généralement par curiosité et rencontre. Curiosité car la FM intrigue. Rencontre parce qu'un jour un homme ou une femme de l'entourage vous dis "Viens et suis-moi". Si cette personne est de qualité, un modèle, qu'elle explique un peu de quoi il s'agit alors les choses s'engagent.

Comment le devient-on? Par un long processus qui est en lui-même une première épreuve de la patience du candidat. Viennent ensuite une série de rencontres et d'examens de la candidature. Arrive le grand jour. Celui de l'Initiation qui n'a rien à voir avec un sacrement ou une ordination. C'est un rite de passage vieux de plusieurs centaines de siècles. C'est comme son nom l'indique une mise en chemin. Chemin qui se fera progressivement ascèse par le silence, le travail et l'obéissance. Ainsi se fera la montée au long de l'échelle initiatique. Une des plus belles images en est celle de ce vitrail de ste Gudule à Bruxelles où l'on voit un petit personnage monter le long de la tige d'un rosier vers le coeur de la fleur sommitale. Dans sa montée le bonhomme abandonne d'épines en épines, qui lui sont autant de marchepieds, ses vêtements, sa peau même. Beaucoup s'arrêtent en route, restant à la surface des choses, se perdant dans les chemins de l'occultisme de bazard, d'un mysticisme irraisonné, d'un athéisme inintelligent... Il y a beaucoup d'appelés disent les écritures...

Pourquoi le reste-t-on? : Par amour pour ses frères, notamment ceux qu'on a vu arriver tout "bleus" et qu'on voit grandir. Pour ses pairs aussi avec qui on a quelques fois durement bataillé mais surtout beaucoup cheminé. Pour nos Anciens qui ont encore tant à nous apprendre et qu'ils ont généreusement inscrit dans nombre d'oeuvres d'art. Ainsi connu ce timide militant de la CGT qui fut un grand Vénérable Maître et qui trouva la Foi dans l'exercice de ce redoutable office. Encore ce ministre d'état, brillant orateur devant ses pairs, mais qui ne pouvait présenter en loge une planche sans bafouiller comme un débutant. Bien d'autres encore.

Pourquoi rester contre l'avis de l'église? : Ici laissons saint Pierre lui-même répondre (E2):
".../... Car sa divine puissance nous a donné tout ce qui concerne la vie et la piété : Elle nous a fait connaître Celui qui nous a appelés par sa propre gloire et vertu... afin que vous deveniez aussi participants de la divine nature, vous étant arrachés à la corruption qui est dans le monde... apportez tout votre zèle à joindre à votre foi la vertu, à la vertu la connaissance, à la connaissance la tempérance, à la tempérance la constance, à la constance la piété, à la piété l'amour fraternel, à l'amour fraternel la charité.../...".

Ainsi se trouve bien et pleinement justifiée la parole de nos Anciens Maîtres selon laquelle "Le FM s'il comprend bien l'Art (de maçonnerie) ne sera jamais ni un athée stupide ni un libertin irreligieux".

Quel homme, quelle femme "libre et de bonnes moeurs", même incroyants, libres penseurs... viendrait à refuser cette noble ambition d'ajouter à sa foi religieuse, à sa foi en l'humanité, la vertu, la connaissance, la tempérance, la constance, l'amour fraternel, la charité... Lorsque ces vertus sont tension vers le Bien, Lumière spirituelle, Amour? Que valent les dogmes, les interdits face à cette attente exigeante, à ce désir d'action mis au service de l'Homme? 
Emmanuel

24/03/2006

Franc-Maçonnerie - Compagnonnage - Ne pas confondre

Nous attirons l'attention de nos lecteur sur la nécessité qu'il y a de ne pas confondre la Franc-Maçonnerie et le Compagnonnage.

On trouvera bien sûr des symboles communs (l'équerre, le compas, la corde à noeuds....). On pourra même trouver des parcours communs : tel Compagnon devenu FM. Même des histoires communes : participation de FM et de Compagnons à certains événements historiques. Voire des traces d'origines communes (légendaires...) ou des rites plus ou moins communs.

Il n'en demeure pas moins que ces deux organisations sont étrangères l'une à l'autre. Par le vivier de population au sein duquel elles recrutent (des jeunes en apprentissage dans le Compagnonnage, des hommes installés dans la vie pour la FM). Par les pratiques (le Compagnonnage est une école de métier destinée à former des hommes de métier... et les meilleurs qui soient, la FM est une "école à penser" (et/ou à pensée) qui vise l'excellence dans la vie (c'est peut être son seul point commun avec le Compagnonnage). Par les moyens (dans le Compagnonnage l'initiation s'acquiert par le "métier" qui constitue le Devoir par excellence, dans la FM l'initiation s'acquiert par l'étude "spéculative" des symboles, des rites, des idées, la pratique des vertus...).

Qu'on ne se méprenne pas! Ce n'est pas parce que les Compagnons sont des "opératifs" appliqués au "métier" qu'ils ne sont pas aussi des hommes de réflexion, des chercheurs de sens. Ce n'est pas parce que les FM sont des "spéculatifs" qu'ils ne sont pas aussi des hommes de métier, de l'art, dans leur domaine.

Alors laissons le Compagnonnage aux Compagnons et la Franc-Maçonnerie aux Francs-Maçons. Dans le respect mutuel. Dans l'affection fraternelle. Et surtout, quelle que soit l'opinion de l'un ou de l'une sur l'autre, ne donnons pas à l'antimaçonnisme le plaisir de nous diviser.

Nous avons encore, les uns et les autres, à participer à la construction du monde à venir, à l'édification de lieux où souffle l'Esprit, à l'élévation d'hommes libres et de bonnes moeurs.

Emmanuel    

28/01/2006

De la Franc-Maçonnerie

"La Franc-Maçonnerie proclame, comme elle l'a proclamé dès son origine, l'existence d'un Principe Créateur sous le nom de Grand Architecte de l'Univers".

Elle n'impose aucune limite dans la recherche de la Vérité. C'est pour garantir cette liberté qu'elle exige de tous la tolérance. Elle est ouverte à tous, sans distinction de nationalité, de race ou de croyance. Elle accueille tout profane, dès lors qu'il est libre et de bonnes moeurs, quelles que soient ses opinions en politique et en religion dont elle n'a pas à se préoccuper. Elle interdit dans ses loges toute discussion, politique ou religieuse, qui serait de nature à contraindre ses membres...".

Nous ajouterons à cet extrait celui-ci du Manifeste du Convent Universel de Lausanne du 22 septembre 1875.. .
"La Franc-Maçonnerie a pour but de lutter contre l'ignorance, l'ambition et le fanatisme sous toutes leurs formes..."

C'est la raison pour laquelle, nous, Francs-Maçons de tradition, réguliers dans nos loges, avons pris la décision de porter témoignage de la réalité de l'expérience maçonnique, de combatte la fausseté des arguments de l'antimaçonnisme, de rappeler à l'ordre tout les maçons qui trahissent leurs serments.

QUI SOMMES-NOUS

Un groupe de maçons anciens et expérimentés dans "l'Art de Maçonnerie" à qui l'on serine depuis des lustres qu'il ne sert à rien de s'opposer, de faire des vagues, de s'occuper de ceux qui nous méprisent, nous insultent, nous trompent. Ensemble nous avons décidé de sortir de la communication aseptisée de nos Loges et Obédiences respectives afin de répondre nous-mêmes aux ennemis de la Maçonnerie qu'ils soient :

- Nos détracteurs de l'extérieur comme certains mouvements religieux et politiques
- Les parjures de l'intérieur, infidèles à leurs serments, qui trempent dans les eaux troubles de l'affairisme ou qui s'épanchent à longueur d'ondes, de colonnes, de pages de la presse et de l'édition télévisuelle, radiophonique, écrite.

S'il est vrai que nous devons faire preuve de patience, de compassion, de prudence, d'amour même, à l'égard de nos ennemis qui nous traînent dans la boue et de nos amis qui nous trahissent... nous n'avons pas vocation "à tendre l'autre joue" plus qu'il ne faut. Nous rendrons donc à tous les petits Jules qui les méritent les taloches qui relèvent de CÉSAR.

A ce titre nous nous affirmons MACONS DE COMBAT.

 

QUE VOULONS-NOUS?

Dire au grand public que la Franc-Maçonnerie est une institution très ancienne dont les membres "se reconnaissent comme Frères et Soeurs". Dire encore que la Franc-Maçonnerie, ne jette l'anathème sur personne, sur aucune croyance authentique et sincère, sur aucun choix philosophique ou politique s'ils sont respectueux des droits fondamentaux de la personne humaine. Par là, elle est résolument aux antipodes des extrémismes de tous bords et des églises qui s'excommunient les unes les autres en se déclarant mutuellement hérétiques.

Même si cela doit "choquer" certains de nos Frères et Soeurs nous osons affirmer que :
LA FRANC-MAÇONNERIE EST UN ORDRE, RÉGULIER, LAïC, TRADITIONNEL ET INITIATIQUE.

ORDRE :

Ses fondateurs, au Siècle des Lumières, l'ont organisée en trois degrés hiérarchiques qui permettent d'acquérir progressivement les connaissances, les droits et surtout les Devoirs du "METIER" d'homme et de Franc-Maçon. Ensuite, dans ce qu'on appelle improprement "Hauts Grades" ou pire "degrés supérieurs", d'approfondir, de développer, de perfectionner les acquis des trois premiers degrés dont la connaissance parfaite nécessite toute une vie d'engagement. Pour être hiérarchiques, les trois premiers degrés, ainsi que les suivants qui ne le sont pas, et qui ne sont que des degrés de perfectionnement, ne confèrent aucun "pouvoir" d'autorité, magique, occulte, ni aucune illumination. Ils n'administrent aucun sacrement.
Ils proposent à celui qui suit la voie initiatique de devenir "Homme de Devoir". Ce qui n'est rien d'autre qu'une EXIGENCE D'EXCELLENCE dans tous les champs que couvre une vie d'homme.

RÉGULIER :

Comme la Règle des Ordres monastiques, la Règle maçonnique est d'abord application pratique d'un certain nombre de prescriptions spirituelles et comportementales destinée à régler la vie de la Loge en tant que communauté humaine d'expérience et de destin. Mais, comme le dit le grand saint Benoît "... Tout n'est pas contenu dans la Règle... (NB : Ecrite)... mais c'est par là qu'il faut commencer pour qu'on voie que nous avons quelque "honnêteté de moeurs" et pour atteindre, sous la protection de Dieu - (NB : Que les Franc-Maçons nomment "Grand Architecte de l'Univers") - les hauteurs sublimes de doctrine et de vertu..." (indiquées dans la Règle). Notre Règle maçonnique n'est pas écrite, on tenterait donc en vain de nous la prendre en dérobant nos Constitutions et Règlements écrits qui, par ailleurs, sont publics. Elle découle simplement de l'affirmation rappelée plus haut : "La Franc-Maçonnerie proclame, comme elle l'a proclamé dès son origine, l'existence d'un Principe Créateur sous le nom de Grand Architecte de l'Univers".

LAïC :

Permettant à l'initié de travailler sur lui-même, sur sa compréhension de sa relation aux autres, à l'Autre, sur le "sens" de l'Univers et de l'existence de l'homme dans cet univers, la Franc-Maçonnerie propose aux hommes et femmes qui s'y engagent d'être d'abord des hommes et des femmes de leur temps, engagés dans la cité, là où la Fraternité doit s'exercer au service des plus démunis, de ceux qui souffrent. La Franc-Maçonnerie étudie le fait religieux. Mais elle n'est pas une religion. Ses Loges ne sont pas des Églises structurées par des dogmes le plus souvent, d'ailleurs, inventés pour priver l'homme de sa liberté de penser. De même elle peut étudier le fait politique et le fait social mais elle ne dit ni ne fait la loi. Il est heureux que comme d'autres citoyens ses membres soient engagés dans la vie publique. Si leur appartenance peut influencer en bien leur action, ils n'ont en aucune manière à en faire état, encore moins à en user ou pire en abuser.
La Franc-Maçonnerie n'a ni pape, ni gourou, ni haut et bas clergé, ni chef fut-il nommé Grand Maître. Elle ne recherche aucune conversion de ses membres. Elle ne leur demande que de penser par eux-mêmes. Le seul maître du maçon est sa conscience qui éclaire ses engagements maçonniques, religieux ou politiques s'il en a; qui peut être (sa conscience) éclairée par eux.

TRADITIONNEL :

La Franc-Maçonnerie tire son origine des temps les plus lointains de l'humanité. De ces époques où les hommes se construisaient eux-mêmes en même temps qu'ils construisaient leur environnement et scellaient leur destin commun. On peut donc la considérer comme bien antérieure à la plupart des églises. Sans prétendre remonter aussi loin, sans vouloir se rattacher - ce qu'un historien sérieux démonterait aisément - à l'un ou l'autre des grands courants de pensée qui ont illuminé les siècles passés, la Franc-Maçonnerie moderne, née au XVIIIème siècle, est devenue le conservatoire de plusieurs d'entre-eux dont elle a gardé le meilleur. Elle s'est inspirée notamment de la tradition du METIER de CONSTRUCTEUR, de l'esprit de CHEVALERIE et des mystères SACERDOTAUX.

Même si aujourd'hui, la laïcardité ambiante, alliée à l'intolérance religieuse, le nient avec force, nous osons affirmer au contraire, avec non moins de force, que :

LA FRANC-MAÇONNERIE EST ET RESTE FILLE DE LA CHRETIENTE

N'en déplaise aux épiscopes de toutes sortes et aux admirateurs de la dogmatique laïque, il faut entendre ici cette affirmation à la lumière de l'histoire des peuples; le mot de chrétienté à celle des enseignements évangéliques; comme respect et attachement à des principes qui se découvrent au Cherchant indépendamment de toute affirmation d'infaillibilité dogmatique (par ailleurs respectables quand ils (les dogmes) ne sont pas de simples affirmations de pouvoirs).

On ne devra jamais oublier que, dans la très grande majorité des Loges du monde, "La Bible" est considérée comme un Livre Sacré et qu'elle est ouverte à l'Evangile de saint Jean dit "Évangile de la Lumière". Evangile qui, d'ailleurs et malgré son importance, n'est même plus lu dans les églises chrétiennes romaines.
Que dit cet Évangile? "Prologue : Au commencement était le Verbe et le Verbe était avec Dieu et le Verbe était Dieu. Il était au commencement avec Dieu. Tout fut par lui et sans lui rien ne fut... La vie était la Lumière des hommes... Les hommes ne l'ont point connue..". Ce texte et sa suite d'une très grande portée initiatique et spirituelle peuvent être lu en entier dans la Bible de Jérusalem (page 1529).

INITIATIQUE :

La Franc-Maçonnerie propose à ceux qui s'engagent dans ses voies de découvrir "leur" vérité et, partant de là, "La Vérité". Elle affirme cependant que la connaissance totale de "La Vérité" est inaccessible à l'homme qui, même s'il peut être considéré comme étant de nature divine, n'est pas Dieu. Elle leur propose un cheminement progressif à travers des degrés qui, par les symboles abordés, permettent à l'initié d'élargir et son champ de connaissance et son champ de conscience.
De cette progressivité et de la relative incommunicabilité de l'expérience vécue vient le fameux "secret" maçonnique qui fait tant jaser dans les basses cours éclésiastiques et partisanes. Partis, religions, églises, qui, bien sûr, sont tous disposées à ouvrir les portes de leurs conciles, conclaves et cénacles où se trament parfois les pires infamies, monastères, couvents et autres institutions, dans lesquels, selon une histoire récente, ils ou elles cachent ou ont caché des criminels contre l'humanité ou de guerre ainsi que leurs différents déviants sur le double plan de la morale et des moeurs.
La Franc-Maçonnerie n'assigne aucune limite à la recherche de la Vérité. Elle ne propose aucun dogme, aucune vérité toute faite, aucune explication définitive. Elle n'administre aucun sacrement, ni ne confère aucune ordination. Elle n'adore aucun dieu. Mais elle considère que l'Univers n'est pas né du simple hasard. Par respect pour les croyances légitimes de ses membres elle ne nomme pas, ne définit pas l'Origine qu'elle qualifie seulement de "Grand Architecte de l'Univers". En ce sens elle se distingue résolument des religions, des églises, de leurs vérités révélées et de leurs pratiques dont certaines ne sont rien d'autre que des pratiques de magie positive. Elle laisse ses membres libres de poser des actes de foi ou des engagements politiques si tel est leur désir. Elle leur demande seulement de respecter la pensée des autres membres.


Comme on ne prête qu'aux riches on attribue beaucoup à la Franc-Maçonnerie.
Le plus souvent par ignorance, ce qui peut être excusable; par bêtise ce qui ne l'est pas; par volonté de nuire qui est méprisable. Il est vrai que la Franc-Maçonnerie a souvent  été copiée ou dénaturée par les mouvements ésotéristes et occultistes (spirites, théosophes, gnostiques, illuminés et autres "allumés"...), diverses sectes (rosicruciens, néo-templiers et autres bizarreries du new-âge...) et associations criminelles (maffias en tous genres).

Il est vrai aussi que certaines de ces déviances ont plus ou moins tenté, sans grand succès, de l'infiltrer, de même que tous les pouvoirs. Il est très regrettable que certains maçons, éminents quelques fois, se soient laissés séduire par ces sirènes là.

Il est vrai que des maçons, en raison du prestige conféré par leur position actuelle ou passée au sein de l'Ordre, en raison de ce qu'ils estiment être l'orthodoxie maçonnique, contribuent à en dénaturer le sens, par leurs prises de positions personnelles à longueur d'ouvrages imprimés, de colonnes de journaux ou d'heures d'antennes radio et télévisuelles. Ceux-là relèvent simplement de la Justice Maçonnique et des sanctions applicables par les Loges et Assemblées Conventuelles annuels.

Il faut toujours et encore rappeler que nul franc-maçon, de quelque rang qu'il soit ou qu'il ait occupé, ne peut prétendre exprimer à lui seul la réalité de l'Initiation maçonnique. Encore moins engager par ses prises de positions publiques l'ensemble des Francs-Maçons. Cela vaut également pour nous.

Il est vrai encore que certains maçons, n'ont pas peu contribué, contribuent quelques fois encore, à accroître le sentiment d'hostilité envers la maçonnerie en raison de leurs agissements politiques, financiers ou autres ainsi que de leurs dénonciations calomnieuses.
Ceux-là relèvent, dans le respect des obligations légales et statutaires des organisations maçonniques, des sanctions applicables directement par les Loges, les Convents et, si nécessaire, les Lois et Tribunaux de la République.

Emmanuel

Pour approcher notre histoire :http://www.buddhaline.net/article.php3?id_article=309